Christophe Nowicki

October 3, 2009

Modules Plugwise dans un reseau xPL

L’objectif de cet article est d’expliquer l’utilisation des modules Plugwise dans un réseau xPL sous Debian GNU/Linux à l’aide du projet xpl-perl.

Présentation de Plugwise

circle plugwise Les modules plugwise sont des prises électriques qui permettent de :

  • Mesurer la consommation électrique d’un appareil ;
  • Éteindre / Allumer un appareil électrique à distance.

Ces prises communiquent entre elles à l’aide d’un réseau ZigBee de type Mesh.

Les spécifications du produit sont :

  • Voltage: 100-240 V~
  • Fréquence: 50 / 60 Hz
  • Puissance maximale: 3680 Watt
  • Courant maximal: 16 A

Elles sont produites par une société Hollandaise et uniquement disponibles dans leur Webshop. (passer la commande en hollandais n’est pas évident ;-) )

Chaque prise coûte environ 35 euros et le kit de démarrage le moins cher est à 150 euros.

Les prises électriques sont de type F, il vous faut donc un adaptateur pour les appareils nécessitant une prise de terre.

J’utilise ces prises dans mon installation domotique, car elles présentent un avantage par rapport aux solutions classiques basées sur le CPL (x10, PLC-BUS, etc… ).

En effet, il est possible d’utiliser ce type de prise sur un onduleur et comme une bonne partie de mon installation est ondulée c’est la seule solution.

Installation du “stick” usb

Voici la procédure pour installer, le stick usb.
Insérerez le module dans le port usb de la machine, il doit apparaître et être reconnu comme un adaptateur série :

$ lsusb
...
Bus 006 Device 003: ID 0403:6001 Future Technology Devices International, Ltd FT232 USB-Serial (UART) IC
...
$ dmesg
...
[431159.173232] usb 6-2: FTDI USB Serial Device converter now attached to ttyUSB0
[431159.179407] usb 6-2: New USB device found, idVendor=0403, idProduct=6001
[431159.179459] usb 6-2: New USB device strings: Mfr=1, Product=2, SerialNumber=3
[431159.180301] usb 6-2: Product: FT232R USB UART
[431159.180301] usb 6-2: Manufacturer: FTDI
[431159.180301] usb 6-2: SerialNumber: A8009iKr
$ ls -l /dev/ttyUSB*
crw-rw---- 1 root dialout 188, 0 2009-09-22 13:03 /dev/ttyUSB0

Configuration du module xpl-plugwise

Dépendances

Pour faire fonctionner le module vous avez besoin du module perl Digest::CRC :
# apt-get install libdigest-crc-perl

Installation du module

Le module xPL pour Plugwise se trouve directement sur le serveur du projet xpl-perl :
# cd /usr/src
# wget http://www.xpl-perl.org.uk/download/xPL-Plugwise-0.01.tar.gz
# tar xzf xPL-Plugwise-0.01.tar.gz
# dh-make-perl xPL-Plugwise-0.01
# cd xPL-Plugwise-0.01/
# sed -i 's/\$(MAKE) test/#/' debian/rules
# dpkg-buildpackage -b
# dpkg -i ../libxpl-plugwise-perl_0.01-1_all.deb

Lancement

Pour lancer le module, il faut lui préciser l’emplacement du stick USB à l’aide de la ligne de commande :
# xpl-plugwise --verbose --plugwise-verbose --plugwise-tty /dev/ttyUSB0
Listening on 192.168.42.78:34281
Sending on 192.168.42.255

Utilisation

Pour allumer une prise, il suffit d’envoyer l’ordre suivant :
$ xpl-sender -m xpl-cmnd -c plugwise.basic command=on device=3FD8F6
Pour éteindre :
$ xpl-sender -m xpl-cmnd -c plugwise.basic command=off device=3FD8F6
Pour obtenir la consommation de l’appareil sur la prise :
$ xpl-sender -m xpl-cmnd -c plugwise.basic command=powerinfo device=3FD8F6
Le module répond à l’aide d’un trigger, donc voici la sortie :
$ xpl-logger -body class=plugwise
192.168.42.2:48051 [xpl-cmnd/plugwise.basic: bnz-sender.tux -> * - powerinfo 3FD8F6]
plugwise.basic
{
command=powerinfo
device=3FD8F6
}
192.168.42.2:48051 [xpl-trig/plugwise.basic: bnz-plugwise.milk -> * - powerinfo 3FD8F6]
plugwise.basic
{
command=powerinfo
device=3FD8F6
pulse1sec=0005
pulse8sec=0006
unknown=000000A4
}

L’information se trouve dans les deux variables pulse1sec et pulse8sec.

Conclusion

Pour l’instant, l’utilisation de ces prises sous Debian GNU/Linux se limite aux ordres on/off. Il est encore nécessaire d’utiliser le logiciel fourni par le fabriquant pour la configuration du réseau.

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, , — cscm @ 17:23

September 26, 2009

Archivage des messages xPL dans une base de données

Voici la procédure pour archiver les messages de votre réseau xPL dans une base de données MySQL.

L’objectif

Beanz, l’auteur du projet xpl-perl a supprimé la fonctionnalité du projet dans la version 0.08.

Cette fonctionnalité répond à un besoin très spécifique.
Archiver TOUS les messages dans une base de données MySQL demande beaucoup de ressources.
Sur mon petit réseau domotique, j’ai déjà plus de 25 messages par minute.

Ce qui produit une base de données importante avec 100 000 entrées par semaine, soit 500 000 par mois, 6 000 000 par an.

Et la taille de la base de données fait dans les 50 Mo par semaine, soit 250Mo par mois, 3Go par an.

Donc pour stocker ces données vous devez en avoir vraiment besoin. C’est mon cas, car :

  • Je veux conserver la consommation électrique exact de chaque appareil ;
  • Utiliser des optimisations à l’aide d’un réseau de neurones.

Installation

Vous devez disposer d’un réseau xPL fonctionnel et d’une installation de xpl-perl.

Programme

Nous allons récupèrer le code des modules directement dans le svn.


# cd /usr/share/perl5/xPL
# wget http://www.xpl-perl.org.uk/export/892/xpl-perl/branches/r0.08/lib/xPL/SQL.pm
# sed -i -e 's#/etc/xpl-perl/db.config#/etc/xplperl/db.config#' SQL.pm
# cd /usr/bin
# wget http://www.xpl-perl.org.uk/export/892/xpl-perl/branches/r0.08/bin/xpl-sql-logger
# chmod +x xpl-sql-logger
# apt-get install libclass-dbi-loader-perl libdatetime-perl
# cd /etc/xplperl
# cat < db.config
dsn=dbi:mysql:xpl:localhost
user=xpl
password=secret
EOF
#

Base de données

Une fois que vous avez installé le programme, il est nécessaire de configurer la base de données.

Pour cela vous devez créer un utilisateur xpl et une base de données xpl sur votre serveur MySQL.
Ensuite vous créer les tables de la base de données à l’aide des requêtes SQL suivantes :

CREATE TABLE body (
id int NOT NULL auto_increment,
body varchar(1500) default NULL,
PRIMARY KEY (id),
KEY body_idx (body(1000))
);
CREATE TABLE elt (
id int NOT NULL auto_increment,
name varchar(16) default NULL,
value varchar(128) default NULL,
PRIMARY KEY (id),
KEY name_idx (name)
);
CREATE TABLE msg (
id int NOT NULL auto_increment,
time int default NULL,
usec int default NULL,
type char(8) default NULL,
source varchar(34) default NULL,
target varchar(34) default NULL,
class varchar(15) default NULL,
incomplete int default NULL,
body int default NULL,
PRIMARY KEY (id),
KEY class_idx (class),
KEY time_idx (time,usec),
KEY type_idx (type),
KEY body_idx (body)
);
CREATE TABLE msgelt (
id int NOT NULL auto_increment,
msg int NOT NULL,
elt int NOT NULL,
PRIMARY KEY (id),
KEY msg_idx (msg),
KEY elt_idx (elt)
);

Lancement et recette

Vous pouvez ensuite lancer le programme en ligne de commande :
$ xpl-sql-logger
Vous pouvez ensuite vérifier que cela fonctionne dans la base de données :
mysql> SELECT * FROM `msg` ORDER BY id DESC LIMIT 3;
+---------+------------+--------+----------+----------------+--------+--------------+------------+
| id | time | usec | type | source | target | class | incomplete |
+---------+------------+--------+----------+----------------+--------+--------------+------------+
| 7711941 | 1253948224 | 252455 | xpl-trig | bnz-ccost.milk | * | sensor.basic | 0 |
| 7711931 | 1253948224 | 211170 | xpl-trig | bnz-ccost.milk | * | sensor.basic | 0 |
| 7711921 | 1253948224 | 130241 | xpl-trig | bnz-ccost.milk | * | sensor.basic | 0 |
+---------+------------+--------+----------+----------------+--------+--------------+------------+
3 rows in set (0.00 sec)

Lancement automatique

Vous pouvez lancer automatiquement le programme à l’aide de daemontools en plaçant le programme dans le répertoire /etc/services de la manière suivante :

# cd /etc/xplperl/service
# cp -r xpl-hub xpl-sql-logger
# cd xpl-sql-logger
# cat < run
#!/bin/sh
exec 2>&1
exec setuidgid xplperl envdir ./env softlimit -d300000 /usr/bin/xpl-sql-logger
EOF
# cd /etc/service
# ln -s /etc/xplperl/service/xpl-sql-logger/
# ps auxww | grep xpl-sql-logger
root 3306 0.0 0.0 1620 332 ? S Sep22 0:00 supervise xpl-sql-logger
xplperl 23943 1.3 0.6 16944 12952 ? S 08:20 0:37 /usr/bin/perl -w /usr/bin/xpl-sql-logger

Surveillance de l’archivage

monit logo Le système fonctionne très bien. Par contre, j’ai rencontré quelques problèmes au bout d’une ou deux semaines le programme arrête d’archiver les données dans la base, il faut donc le relancer.
La solution la plus simple et de relancer le script à l’aide d’un cron et monit

.
Voici mon crontab :

*/1 * * * * echo "SELECT NOW() - FROM_UNIXTIME(time) FROM msg ORDER BY id DESC LIMIT 1;" | mysql -hlocalhost -uxpl -psecret -s xpl > /tmp/xpl-sql-logger

Voici ma configuration pour monit dans le fichier /etc/monit.d/xpl-sql-logger :

check file xpl-sql-logger with path /tmp/xpl-sql-logger
if match "^[0-9]{1,2}" then stop
stop program = "/usr/bin/killall -r xpl-sql-logger"

Exploitation des données

Pour exploiter les données, je suis en train d’écrire des gadgets pour Portaneo (P.O.S.H) à afin de pouvoir afficher les données sous forme de graphiques ;-)

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, , , — cscm @ 11:44

September 6, 2009

Communication à l’aide du protocole ZigBee entre un PC et une carte Arduino

L’objectif de ce montage est de faire communiquer un PC avec une carte Arduino à l’aide du protocole ZigBee
Voici l’architecture de montage :

Cette article décrit la mise en place d’une topologie réseau simple, permettant de communiquer entre un PC et une carte Arduino à l’aide de modules XBee série 1 de chez Digi.

Les composants

Le montage nécessite les composants suivants :

  • un PC, fonctionnant sous Debian GNU/Linux pour ma part ;
  • une carte Arduino ou bien un adaptateur USB relié au PC ;
  • deux modules de communication XBee ;
  • une carte Arduino avec un adaptateur XBee.

A propos du protocole ZigBee

ZigBee est un protocole de haut niveau permettant la communication de petites radios, à consommation réduite, basée sur la norme IEEE 802.15.4 pour les réseaux à dimension personnelle (WPANs).

C’est vraiment un très bon protocole, qui est bien plus simple à mettre en œuvre que le protocole Bluetooth. Je ne sais pas si vous avez déjà vu la stack du protocole. Il y a de quoi avoir peur ;-)

xBee, ZigBee et beeee?

Si vous êtes perdus avec tous ces sigles, c’est normal. Moi aussi ;-) Voici ce que j’ai compris :

  • ZigBee : est le nom du protocole ;
  • XBee : est le nom du produit chez le constructeur Digi ;
  • IEEE 802.15.4 : c’est le nom du standard qui définit le communication dans un WPAN ;

Ok, c’est vraiment pas plus claire ;-) Mais c’est dit.

Liste des composants

Vous avez besoin des composants suivants :

Nom du composant Archeter chez Quantité Prix
Platine d’interface USB pour modules “XBEE” Lextronic 1 (optionnel) 23€ TTC
Module xBee Matlog 1 (optionnel) 20€ TTC
Arduino Duemilanove Libelium 2 24€ TTC
Arduino Xbee ZB 2mW + UFL Antenna Libelium 2 50€ TTC

Partie PC

La connexion entre le module Xbee et un PC peut se faire de deux manières :

  • à l’aide d’un adaptateur USB ;
  • à l’aide d’une carte Arduino et d’un Shield XBee ;

L’objectif pour la partie PC du montage est de communiquer avec le module XBee, à fin de lui envoyer des commandes.
Cette communication se fait à l’aide d un convertisseur USB-Serial, ce rôle est joué par l’adaptateur USB ou bien par la carte Arduino + Shield.

Connexion à l’aide de l’adaptateur USB

L’adaptateur XBee se connect directement sur le port USB du PC :

Un fois branché, le module est visible à l’aide de la commande lsusb :

Bus 002 Device 013: ID 0403:6001 Future Technology Devices International, Ltd FT232 USB-Serial (UART) IC

Communication à l’aide d’une carte Arduino + XBee Shield

L’adaptateur XBee se connecte directement sur la carte Arduino :

Il est nécessaire de modifier la configuration par du shield pour mettre la carte en mode USB-Serial.
Pour cela, il faut mettre les deux jumper à droite (éloigner du port USB), comme sur cette photo : Configuration mode USB-serial
Vous pouvez ensuite brancher la carte Arduino et voir le module XBee à l’aide de la commande lsusb :

Bus 002 Device 013: ID 0403:6001 Future Technology Devices International, Ltd FT232 USB-Serial (UART) IC

Connexion à l’aide d’un gestionnaire de terminal

Une fois que le module XBee est connecté au PC, il doit être disponible sur /dev/ttyUSB0 :

[31016.280327] ftdi_sio 2-8.3:1.0: FTDI USB Serial Device converter detected
[31016.280354] /build/buildd/linux-2.6.24/drivers/usb/serial/ftdi_sio.c: Detected FT232RL
[31016.280449] usb 2-8.3: FTDI USB Serial Device converter now attached to ttyUSB0

Pour communiquer avec le module, il faut utiliser un programme de gestion de terminal ( gtkterm, minicom ou bien l’IDE de la carte Arduino).
Voici la configuration pour gtkterm :

Configuration du module XBee

Une fois que vous etes connecté au module XBee, vous pouvez lui envoyer des commandes à l’aide du gestionnaire de terminal.
Le module dispose de deux mode de fonctionnement : normal et configuration.
Pour passer en mode configuration, il faut saisir +++ (sans CR, retour à la ligne).
Si le module a compris la commande, alors il retourne OK.
Voici un exemple de session :
.

Configuration d’un réseau bidirectionnelle simple

Voici les différentes instructions pour configurer un réseau simple, c’est à dire une communication bidirectionnelle entre deux cartes Arduino ou bien entre un PC et une carte Arduino

Configuration sur la carte reliée au PC


+++OK
ATMY1234
OK
ATDL5678
OK
ATDH0
OK
ATID1111
OK

Configuration du module Arduino


+++OK
ATMY5678
OK
ATDL1234
OK
ATDH0
OK
ATID1111
OK

Les commandes importantes sont :

  • ATMY : adresse source ;
  • ATDL : adresse de destination (bite de poids faible) ;
  • ATDH : adresse de destination (bite de poids fort) ;
  • ATID : identifiant du réseau ;

Utilisation au niveau de la carte Arduino

Il faut inscrire le programme suivant dans la mémoire de la carte :

void setup() {
Serial.begin(9600);
Serial.print("+++");
Serial.print("ATDH0\r");
Serial.print("ATDL1234\r");
Serial.print("ATMY5678\r");
Serial.print("ATID1111\r");
Serial.print("ATCN\r");
}
void loop() {
delay(1000);
Serial.print("42\n");
}

La programmer et changer le sens des deux “jumper” pour faire communiquer le module avec la carte.

Référence

Si vous voulez vous simplifier la vie, il existe une bibliothèque pour la programmation des modules xbee : xbee-arduino.

Filed under: Do it yourself,Home automation,Robotics — Tags:, , — cscm @ 19:43

August 27, 2009

Text-to-Speech avec eSpeak, MBROLA et Speech Dispatcher

Je continue à travailler sur l’ajout de la parole dans mon système domotique.
En ajoutant le support des voix MBROLA, je trouvais le code de mon module xPL, de plus en plus difficile à comprendre.
Et je n’étais pas très satisfait du résultat :

  • le module est spécifique à eSpeak ;
  • le nombre d’arguments à passer en ligne de commande au module devenait trop important.

J’ai donc continué mes recherches dans le domaine est découvert Speech Dispatcher.
Il s’agit d’un daemon réseau qui s’occupe de l’abstraction par rapport aux différents systèmes de Text-to-Speech et met à disposition ces ressources à l’aide d’un protocole unique : SSIP.

Dans cette article, je vais décrie l’installation que j’ai mis en place chez moi.
Pour obtenir un voix en Français de qualité correct et compréhensible sur une distribution Debian GNU/Linux version “Lenny”.

Installation de MBROLA

Vous avez besoin de l’exécutable et des voix du projet MBROLA.
Téléchargeables sur le site du projet au format binaire :

$ wget http://tcts.fpms.ac.be/synthesis/mbrola/bin/pclinux/mbr301h.zip
$ unzip mbr301h.zip
$ chmod +x mbrola-linux-i386
# mv mbrola-linux-i386 /usr/local/bin/mbrola
$ mbrola
MBROLA 3.01h - speech synthesizer
Author : Thierry Dutoit with help of AC/DC adaptator Vincent Pagel
Copyright (c) 95 Faculte Polytechnique de Mons (TCTS lab) - T.Dutoit
Email mbrola@tcts.fpms.ac.be to freely subscribe as a user
...

Vous avez ensuite besoin d’une voix :

$ wget http://tcts.fpms.ac.be/synthesis/mbrola/dba/fr1/fr1-990204.zip
$ unzip fr1-990204.zip
# mkdir /usr/share/mbrola/
# mv fr1 /usr/share/mbrola/

Vous pouvez ensuite tester la sortie à l’aide de la commande suivante :

$ espeak -v mb/mb-fr1 "bonjour, c'est la voix de secret story" | mbrola /usr/share/mbrola/fr1/fr1 - - | aplay -r16000 -fS16

Installation et configuration de Speech Dispatcher

Le programme est directement disponible dans Debian.

# apt-get install speech-dispatcher

Il faut ensuite modifier le fichier de configuration /etc/speech-dispatcher/speechd.conf de la manière suivante :

DefaultLanguage "fr"
DefaultVoiceType "MALE1"
AddModule "espeak-generic" "sd_generic" "espeak-generic.conf"
DefaultModule espeak-generic

Et le fichier /etc/speech-dispatcher/modules/espeak-generic.conf :


GenericExecuteSynth \
"echo \"$DATA\" | espeak -v $VOICE -s $RATE -a $VOLUME -p $PITCH $PUNCT --stdin | /usr/local/bin/mbrola /usr/share/mbrola/fr1/fr1 - - | aplay -r16000 -fS16"

Vous pouvez relancer le deamon et vous connecter dessus :

# /etc/init.d/speech-dispatcher restart


$ telnet localhost 6560
SET self CLIENT_name me:and:myself
208 OK CLIENT NAME SET
SPEAK
230 OK RECEIVING DATA
Attention, le frigo est vide
.
225-20
225 OK MESSAGE QUEUED

Références

Voici quelques liens vers des documents intéressants sur le sujet :

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, , , — cscm @ 16:41

August 11, 2009

xPL Text-to-Speech module

I’ve wote an Text-to-Speech module for xPL Perl based on eSpeak and the Speech::eSpeak Perl module.

The xPL TTS.BAISC schema is very basic, but suffisent for my text-to-speech needs.

Setup on Debian GNU/Linux

You should install the fallowing packages with apt :
# apt-get install libespeak-dev dh-make-perl espeak-data devscripts

And build the Perl module :
# cd /usr/src
# wget http://search.cpan.org/CPAN/authors/id/H/HG/HGNENG/Speech-eSpeak-0.3.tar.gz
# tar xzf Speech-eSpeak-0.3.tar.gz
# dh-make-perl Speech-eSpeak-0.3
# cd Speech-eSpeak-0.3
# debuild
# dpkg -i dpkg -i ../libspeech-espeak-perl*

Get my source code :
# wget http://www.csquad.org/wp-content/contrib/eSpeak.pm -O /usr/share/perl5/xPL/Dock/eSpeak.pm
# wget http://www.csquad.org/wp-content/contrib/xpl-tts -O /usr/bin/xpl-tts
# chmod +x /usr/bin/xpl-tts

Usage exemples

Launch the xpl-tts program :
$ xpl-tts -espeak-verbose -espeak-voice-language en -espeak-voice-gender 2 -espeak-voice-age 42
Then, send an xpl command on the network :
$ xpl-sender -m xpl-cmnd -c tts.basic speech="xPL rocks everything"

You should hear the synthesized voice.

And Voila ;-)

Bugs and evolutions

I will submit this module to the xpl-perl project and try to implement MBROLA project support. Because I’ve got a more humain voices.

Filed under: Home automation — Tags:, , , — cscm @ 17:17

August 7, 2009

L’arnaque des ampoules basse consommation et les solutions à LEDs

ampoules

Je suis sur que la plupart d’entre vous ont remplacé leur Lampes à incandescence classique par des Lampe fluorescente, et se disent avoir fait un geste pour la planète.

Mais êtes-vous vraiment sûr d’avoir réellement fait un bon geste pour la planète ?

Dans cette article, je vais essayé de vous démontrer la nocivité des ampoules fluorescentes et vous présenter une manière de voir l’éclairage autrement.

On va faire des économies d’énergie … ridicules

Il est vrai que les ampoules fluocompactes permettent de faire des économies d’énergie.
Mais celles-ci sont risibles par rapport à votre consommation globale.
En fait l’éclairage représente 3% de la consommation d’électricité, c’est-à-dire, de 0,6% à 1,2% de la consommation totale d’énergie du pays.
Voici un graphique d’exemple de consommation d’énergie (toutes énergies confondues) en kWh d’un ménage :

economies_graph2

Vous avez réduit de 50%, les 450kWh de l’éclairage. Bravo!

De plus, il faut savoir que :

  • La consommation électrique globale de la France augmente de 3% par an ;
  • Le prix du kWh augmente par rapport à l’inflation, c’est-à-dire en euros constant ;
  • l’électricité produite dans le monde, vient principalement du gaz et du charbon, des ressources naturelles non renouvelables.

Donc au mieux, dans le meilleur des cas possibles, vous n’avez rien gagné durant une année avec le remplacement des ces ampoules.

Les ampoules fluocompactes sont dangereuses

Un lobby très puissant s’est chargé de faire voter l’interdiction de la commercialisation des ampoules à incandescence et de la mise en place de barrières douanières européenne sur l’importation des ampoules basse consommation Chinoises.

Les médias, n’ont pas couvert les très nombreux inconvénients des ampoules fluocompactes :

  • Il leur faut un certain temps (de l’ordre de quelques dizaines de secondes) pour atteindre leur intensité lumineuse optimale ;
  • La présence de poudres fluorescentes et d’un gaz à base de vapeur de mercure dans le tube ;
  • Il s’agit d’un déchet dangereux nécessitant une élimination particulière ;
  • En cas d’incident, il vous en coûtera un dépollution du mercure ;
  • L’émission d’ondes UV ;
  • L’émission d’ondes radio basses fréquences (50 à 500 Hz) et haute fréquences (20 à 60 kHz).

Alors, vous pensez encore avoir fait un bon geste pour la planète avec ces ampoules?

Vous êtes des rats de laboratoire … qui rapportent un peu d’argent

rat cage lumière

Les effets de l’exposition du corps humain aux champs d’ondes électromagnétiques ne sont pas connus.

Néanmoins nous nageons toutes la journée dans une soupe d’ondes électromagnétiques formée par les téléphone portables, les connexions Wifi et les ampoules fluocompactes …

Pourquoi le gouvernement n’implique pas le principe de précaution dans ce domaine ?

En faite, il y a des milliards en jeu, car la filière des ampoules fluocompactes va créer des emplois pour la production et dans la gestion des déchets.

Par contre cette politique court-termiste n’as pas encore prise en compte le coup du risque sanitaire dans la population ni les répercutions sur l’environnement.

Des solutions… lumineuses?

ampoule v-lumtech

Pour trouver des alternatives aux ampoules fluorescentes, il faut chercher du coté des solutions d’illumination à LED

.

Les avantages des LEDs sont les suivants :

  • Consommation inférieure de 50% par rapport à des ampoules fluorescentes, soit 10x moins que celles à incandescence ;
  • Pas d’émission d’ondes électromagnétiques ;
  • Pas d’émission de chaleur ;
  • Durée de vie supérieure (en moyenne 100 000 heures, soit plus de onze ans de fonctionnement).;
  • Possibilité de changer la couleur de l’éclairage et de le contrôler à distance ;
  • Très bon WAF.

Les défauts et les inconvénients :

  • Encore difficiles à trouver en France ;
  • Très chères à l’achat ;
  • Certains modèles sont trop lumineux et représentent un danger pour les yeux.

Je pense que le principal problème pour l’adaptation des LEDs est l’acquisition des différentes notions liées à l’éclairage.
En effet, les gens ont pris l’habitude d’acheter des ampoules de X Watts, ou équivalant X Watts, mais ces mesures n’ont aucun sens pour l’éclairage, je vois mal Madame Michu aller chez Leroy Merlin pour demander :

“bonjour, je voudrais des 5mm, avec un angle de 140° en 4100 K, c’est pour la cuisine”.

Oui, mais c’est un peu cher

Voici le budget pour l’illumination de mon appartement de 55m^2. J’ai pris l’ensemble de mes composants chez ampoule-leds.fr.
Il existe aussi des bon plans pour acheter ces composants moins cher en Allemagne ou bien faire importer de Hong-Kong. Et je conseil vivement d’acheter ailleurs que chez ampoule-leds.fr, car la qualité de leur service SAV est vraiment mauvaise !

Par contre, je vous conseille de n’acheter ces articles qu’en soldes, car les prix font vraiment “yoyo”.

Modèle Nombre Prix unitaire en € TTC Total en € TTC
E27 VL 150 led blanc day-light 360° 220v V-Lumtech 4 23-37 92-148
E27 VL 90 led blanc day-light 360° 220v V-Lumtech 3 12-24 36-72
E14 VL 90 led blanc day-light 360° 220v V-Lumtech 2 8-24 16-48

Total en soldes ~ 150 €
Total hors soldes ~ 270 €

Une autres approche de l’illumination

Comme la plupart des gens, j’ai d’abord cherché à remplacer mes ampoules par leur équivalant à LED.
Mais je me suis rendu compte que ce n’était pas forcement la bonne approche.
En effet, les LEDs permettent de placer les sources de lumière dans n’importe quel endroit.
Il est donc possible de créer plusieurs sources de lumière dans une même pièce.
Nous avons pris l’habitude, de nous éclairer à l’aide d’une seule source de lumière. (anciennement appeler feu, bougie ou lampe).
Mais la technologie des LEDs change notre vision de l’éclairage.

Avant de monter votre installation, je vous conseilles de visiter cette galerie de réalisations pour vous inspirer.

Conclusion

Je pense que le grand publique aura difficilement accès à cette technologie, en effet, le nuage de fumée créé par le lobby sur les ampoules fluorescentes à dégoûter beaucoup de personnes.

Celles avec lesquelles j’ai discuté du sujet (des peons) m’ont clairement répondu :

tu es gentil, mon coco, mais je viens de mettre 10 euro dans une ampoule, j’ai fait un grand geste pour la nature, alors qu’il y a quelques années une ampoule c’était seulement 1euro. Alors tes illuminations à LED encore plus chère, tu te les garde !

C’est clair ;-)

Je pense donc qu’il faut donc agir au niveau individuel tout en étant conscient que l’éclairage ne représente qu’une très faible partie de nos émissions de gaz à effet de serre.

Les ampoules à LED permettent de :

  • réduire de 75% l’énergie nécessaire à l’éclairage ;
  • limitent le nombre de sources de rayonnement électromagnétique.

Elle apportent une évolution concernant les différentes possibilités d’éclairage.

Références

Filed under: Coup de gueule,Home automation — Tags:, , — cscm @ 17:31

July 12, 2009

Diffuser des flux TV sur réseau local avec MuMuDVB

Je viens d’ajouter la diffusion des flux TV à mon installation domotique.
L’objectif est de pouvoir visionner la télévision sur l’ensemble des équipements de la maison.
Pour cela, j’ai mis en place un serveur de diffusion.
Celui-ci distribue la vidéo en Multicast à l’aide du programme MuMuDVB.

Préambule

Je sens qu’après la lecture de la courte description, vous allez me dire :

“Mais tu ne connais pas le multiposte chez Free???”.

Évidemment, je connais le service de Free, mais mon objectif est de fournir le même type de service pour contourner les limitations de l’existant :

  • la limitation à deux postes (et encore si vous avez un bon débit) ;
  • l’empiètement sur la bande passante des autres services ;
  • l’absence de chaînes culturelles^W comme TF1 et M6.

Matériel nécessaire

Vous avez besoin :

  • d’un poste client avec vlc ou mplayer ;
  • d’un serveur de diffusion (sous Debian GNU/Linux de préférence ;-) ) avec MuMuDVB ;
  • d’un réseau local ;
  • d’une carte tuner TV numérique (DVB-T, DVB-S, DVB-C) ;

Pour ma part, j’ai pris une carte tuner Hauppauge WinTV NOVA T-500 chez Materiel.net.

Les limitations en fonction de la technologie de diffusion

Vous avez le choix parmi les technologies de réceptions suivantes :

  • DVB-T (Télévision numérique terrestre ou TNT) ;
  • DVB-S (Satellite) ;
  • DVB-C (Câble).

Les émetteurs diffusent plusieurs chaînes sur une fréquence (4 à 6).
Un tuner DVB, ne peut capter qu’une seule fréquence, cela veut donc dire qu’avec ma carte Hauppauge WinTV NOVA T-500, je peux diffuser au maximum 8 à 12 chaînes.
Il faut donc ajouter d’autres cartes / tuner en fonction du nombre de chaînes que vous voulez diffuser.

Installation de mumudvb

Pour les versions “sid” et “squeeze” de Debian, le paquet est directement disponible via apt.
Pour la version stable, vous pouvez télécharger le paquet sur le site du projet ou “back-porter” la version sid/squeeze.

Installation de la carte tuner DVB-T

Ma carte est reconnue sans problème, il faut simplement télécharger le firmware, le copier dans le répertoire /lib/firmware et charger le module dvb_usb_dib0700.
Vous devez ensuite avoir les différents tuner dans le répertoire : /dev/dvb
$ ls /dev/dvb
adapter0 adapter1

Recherche des fréquences

Pour trouver les fréquences des chaînes de télévision, il faut installer le paquet dvb-apps.
Celui-ci contient les fréquences des différents transpondeurs dans le répertoire /usr/share/dvb.
Dans le cas de mon émetteur, je trouve les informations dans le fichier : /usr/share/dvb/dvb-t/fr-Paris :
# Paris - France - various DVB-T transmitters
# contributed by Alexis de Lattre
# Paris - Tour Eiffel : 21 24 27 29 32 35
# Paris Est - Chennevières : 35 51 54 57 60 63
# Paris Nord - Sannois : 35 51 54 57 60 63
# Paris Sud - Villebon : 35 51 56 57 60 63
# T freq bw fec_hi fec_lo mod transmission-mode guard-interval hierarchy
T 474166000 8MHz 2/3 NONE QAM64 8k 1/32 NONE
T 498166000 8MHz 2/3 NONE QAM64 8k 1/32 NONE
T 522166000 8MHz 2/3 NONE QAM64 8k 1/32 NONE

Configuration de MumuDVB

Pour la configuration de MumuDVB, nous allons nous créer un répertoire spécial /etc/mumudvb et faire un fichier de configuration par carte.
Voici le contenu de mon fichier /etc/mumudvb/card0.conf :

autoconfiguration=2
freq=474166

Celui-ci contient la fréquence issue du fichier fr-Paris et une directive pour dire à MumuDVB de se débrouiller ;-)
Vous pouvez ensuite tester cette configuration en ligne de commande à l’aide d’un compte utilisateur qui fait parti du groupe vidéo :

$ id
$ mumudvb -d -c /etc/mumudvb/card0.conf

Les images sont diffusées sur le réseau, nous pouvons passer à la phase la plus dur du projet : le visionage ;-)

Visionage avec VLC

vlc_mumudvb_sap Mumudvb prend en charge le protocole Session Announcement Protocol (SAP).
Il suffit donc de lancer VLC, afficher la liste de lecture, et activer la découverte de service SAP.

Configuration de Freevo

Pour afficher les chaînes dans Freevo, il faut les définir dans le fichier de configuration local_config.py de cette manière :

TV_VIDEO_GROUPS[0].group_type = 'udp'
TV_CHANNELS = [
( 'C2.telepoche.com', 'France 2', '@239.100.1.1:1234' ),
( 'C3.telepoche.com', 'France 3', '@239.100.1.5:1234' ),
( 'C28.telepoche.com', 'France 4', '@239.100.0.5:1234' ),
( 'C7.telepoche.com', 'France 5', '@239.100.1.2:1234'),
( 'C5.telepoche.com', 'ARTE', '@239.100.1.4:1234' ),
( 'C167.telepoche.com', 'Direct 8', '@239.100.0.0:1234' ),
( 'C195.telepoche.com', 'Gulli', '@239.100.0.4:1234' ),
( 'C194.telepoche.com', 'BFM TV', '@239.100.0.1:1234'),
( 'C170.telepoche.com', 'LCP', '@239.100.1.3:1234')
]

Le group_type udp, n’est pas pris en compte par le plugin mplayer de Freevo, il faut donc modifier le fichier /usr/lib/python2.5/site-packages/freevo/tv/plugins/mplayer.py, vers la ligne 134, pour l’ajouter :

elif vg.group_type == 'udp':
self.fc.chanSet(tuner_channel, True, app='mplayer')
tvcmd = ''
args += ('"udp://%s" %s' % (tuner_channel, config.MPLAYER_ARGS['udp']),)

Vous pouvez, modifier les options de mplayer à l’aide de la variable MPLAYER_ARGS :

MPLAYER_ARGS = { 'dvd' : '-cache 8192',
...
'udp' : '-cache 1024 -vf pp=md -fs',
'default': '-cache 5000'
....
}

Comme cela, vous pouvez afficher la télévision sur Freevo. Par contre, la qualité de l’image est inférieure à celle de VLC, mais je n’ai pas encore trouver la source du problème.

Charge réseau et processeur

iftop_mumudvb

Au niveau de la charge réseau, une chaîne nécessite de 2 à 5Mb, cela signifie qu’avec une interface réseau à 100Mb, il est possible de diffuser plus de 20 chaînes.

Pour la charge processeur, celle-ci est quasiment inexistante, si vous vous contentez de diffuser les flux sur le réseau la quantité de puissance processeurs nécessaire est très faible, d’après le Wiki de Mumudvb il est possible de faire fonctionner sur un NSLU2 avec un dongle TNT USB.

Par contre, si vous voulez transcoder le flux vous allez avoir besoin d’une ou de plusieurs bonnes machines.

Affichage d’une Mosaic de chaînes

vlc_mosaic_mumudvb

Si vous voulez, une Mosaic, il est possible d’assembler les flux udp avec VLC.
La procédure est décrite sur le wiki de VLC : Mosaic – VideoLAN Wiki.

Attention : pont réseau + OpenVPN + Mutlicast = Crash

Il faut faire attention, si vous utilisez des ponts réseaux (Bridge) avec OpenVPN.

Dans ce cas très précis, OpenVPN s’amuse à chiffrer l’ensemble des paquets qui arrivent dans le bridge.
Si votre machine n’est pas suffisamment puissante, alors OpenVPN va planter au bout de quelques minutes :

Sun Jul 12 22:46:25 2009 us=801259 MULTI: packet dropped due to output saturation (multi_add_mbuf)

La meilleure chose à faire est donc de bloquer le flux multicast au niveau du bridge avec ebtables.

Des éléphants dans le salon

Si votre réseau Ethernet supporte les Jumbo Frames.
Il suffit de modifier la taille des paquets distribués par Mumudvb dans le fichier mumudvb.h :
$ fgrep MAX_UDP_SIZE /usr/src/mumudvb/src/mumudvb.h
#define MAX_UDP_SIZE (TS_PACKET_SIZE*46)

Après avoir recompilé le programme, vous pouvez vérifier que cela fonctionne avec Tcpdump :
# tcpdump -i bond0 port 1234
13:30:59.830361 IP loutre.csquad.lan.1234 > 239.202.204.200.1234: UDP, length 8648

Le principal avantage des Jumbo Frames est de réduire le nombre de paquets sur le réseau.

Conclusion

Les principaux avantages du passage de mon système de télévision en numérique et l’adaptation du standard DVB sont :

  • la possibilité de diffuser le flux sur plusieurs postes ;
  • il n’y a plus de limite pour l’enregistrement du flux ;
  • la possibilité de modifier le flux (transcodage, mosaic, etc..) ;
  • la possibilité d’avoir la télévision sur des appareils mobiles ;
  • au niveau du câblage domotique, la diffusion la télévision via le Wifi et/ou l’Ethernet.

Je vais faire d’autres articles sur le sujet, pour expliquer comment j’ai réussi à diffuser le flux TV sur ma PlayStation Portable (PSP) et mon Nokia 770.

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, , , , , — cscm @ 22:22

May 8, 2009

Pachube : un patch pour la planète

En me baladant sur les différents sites liés au projet Arduino , j’ai découvert le service Pachube, il s’agit d’un réseau social géolocaliser de capteurs.

L’idée de ce réseau est d’envoyer et d’agréger des informations de vos différents capteurs ( station météo, compteurs de consommation , objest communicants ) :

La problématique

A mon avis ce service est une très bonne idée, il correspond au besoin d’agrégation de ces différentes données.
En effet, la plupart des météorologies amateurs bricolent leur station météo et dans le meilleur des cas ils publient leurs données sur une page dédiée.
Mais il est difficile, voir carrément impossible d’agréger les données d’une région pour les exploiter ;
Le réseau est encore en version bêta, pour participer il faut demander une invitation par mail à l’adresse suivante : beta [ at] pachube [ dot ] com.

Il y a actuellement seulement 5 utilisateurs du service sur toute la France ;-)

Il existe plusieurs méthodes pour envoyer et recevoir des données de la part du réseau :

Entrées

Il est possible de fournir les données au service à l’aide :

Sorties

Il est possible d’exploiter librement les données du réseau via :

Ma petite contribution

Pour ma part, j’ai rejoint le réseau et je suis en train d’écrire un module pour connecter mon réseau domotique xPL sur Pachube.

Let’s patch the planet ;-)

Filed under: Home automation — Tags:, — cscm @ 11:45

May 7, 2009

Configuration du module Current Cost CC128 et intégration dans un réseau domotique xPL

Le Current Cost CC128 est un système de suivi de la consommation électrique.
Il est composé de deux modules : une pince ampère-métrique sans fils et un module de réception de données.
L’objectif du produit est de suivre la consommation de votre installation électrique.

En effet, la première étape pour faire des économies d’énergie est de connaitre sa consommation.
C’est pour cela, que j’ai cherché une solution simple pour monitorer mon installation de manière informatisée.

Les compteurs d’électricité EDF récents disposent d’une sortie téléinfo : cette sortie permet de récupèrer la consommation sur un PC via le port série ou USB à l’aide d’un montage électronique comme celui-ci.

Malheureusement, mon compteur est trop vieux et ne dispose pas d’une sortie téléinfo.
J’ai donc cherché une solution alternative que j’ai trouvée grâce au forum Toute la domotique.

Il est possible de se procurer le module et le câble de données USB via la boutique eBay du constructeur : Current Cost Ltd.

L’objectif de ce billet est de configurer le module CC128 sur une distribution Debian GNU/Linux, version “Lenny” dans un réseau domotique xPL à l’aide du projet xpl-perl.

Installation matériel

L’installation matériel est assez simple, il suffit de brancher le module via le câble USB pour le voir à l’aide de la commande lsusb :

$ lsusb
Bus 001 Device 008: ID 067b:2303 Prolific Technology, Inc. PL2303 Serial Port

Le module est visible sous forme de port série via /dev/ttyUSB :

$ dmesg
pl2303 1-2.1.1.1.2:1.0: pl2303 converter detected
usb 1-2.1.1.1.2: pl2303 converter now attached to ttyUSB0
usbcore: registered new driver pl2303
drivers/usb/serial/pl2303.c: Prolific PL2303 USB to serial adaptor driver

Installation de xPL-Perl

Pour faire fonctionner le module CC128, j’utilise la version SVN du projet, XPL-Perl.
Voici la procédure d’installation, il faut commencer par installer les paquets suivants via apt :

# apt-get install subversion libmodule-pluggable-perl libyaml-perl make fakeroot dh-make-perl dpkg-dev debhelper libtimedate-perl gcc libyaml-syck-perl

Télécharger le code source de la version svn :

# cd /usr/src
# svn co http://www.xpl-perl.org.uk/svn/xpl-perl/trunk xpl-perl
# cd xpl-perl
# dpkg-buildpackage -b
...
# cd ..
# dpkg -i libxpl-perl*.deb

Les différents modules xpl sont lancés sous forme de daemon, pour simplifier leur gestion le plus simple est d’installer daemontools sur la machine :

# apt-get install daemontools daemontools-run

Vous pouvez configurer le hub xpl et le module xpl-rrd grâce au script : xpl-perl-setup

# xpl-perl-setup
Using /usr/bin as directory for xpl-perl scripts

Setting up xpl-hub service

Setting up xpl-rrd service

Setting up xpl-rrd crontab
/etc/cron.d/xpl-rrd created

heyu not install not setting up xpl-x10

DateTime::Event::Sunrise not available, not configuring xpl-dawndusk

1-wire filesystem, /ow, not available, not configuring xpl-owfs
set XPL_OWFS environment variable to mount point if it is not /ow

XPL_RFXCOM_RX_TTY not defined, not configuring xpl-rfxcom-rx

XPL_RFXCOM_TX_TTY not defined, not configuring xpl-rfxcom-tx

XPL_VIOM_TTY not defined, not configuring xpl-viom

XPL_W800_TTY not defined, not configuring xpl-w800

hddtemp daemon not running, not configuring xpl-hddtemp

Vous pouvez vérifier le bon fonctionnement du module en ligne de commande :

# xpl-currentcost -v /dev/ttyUSB0
Listening on 192.168.42.4:2135
Sending on 192.168.42.255
xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0.1[current]=1095
xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0[current]=1095
xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0[temp]=23.1

La cela fonctionne, le module diffuse la valeur de la consommation sur le réseau xPL.
Nous allons ensuite configurer deamontools pour lancer le script au boot sous forme de service.

# cd /etc/xplperl/service/
# cp -r xpl-hub/ xpl-currentcost
# chown -R xplperllog: /etc/xplperl/service/xpl-currentcost/log/main/
# adduser xplperl dialout
Adding user `xplperl' to group `dialout' ...
Adding user xplperl to group dialout
Done.
# sed -i 's#xpl-hub -v#xpl-currentcost -v /dev/ttyUSB0#' /etc/xplperl/service/xpl-currentcost/run
# sed -i 's#xplperl#root#' /etc/xplperl/service/xpl-currentcost/run
# sed -i 's#-d300000#-d9000000#' /etc/xplperl/service/xpl-currentcost/run
# update-service --add /etc/xplperl/service/xpl-currentcost/
Service xpl-currentcost added.

Et voila, normalement vous devriez voir des messages ur le réseau xPL à l’aide de xp-logger :

xpl-logger
192.168.42.2:52393 [xpl-stat/hbeat.app: bnz-listener.tux -> *]
192.168.42.2:52393 [xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0.1[current]=1085]
192.168.42.2:52393 [xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0[current]=1085]
192.168.42.2:52393 [xpl-trig/sensor.basic: bnz-ccost.tof -> * - cc128.00077.0[temp]=23.3]

Conclusion

Voila, grâce au module xpl-currentcost, les informations sur la consommation éléctrique sont diffusées sur le réseau xPL. Ma prochaine étape sera d’achiver les données dans une base de données et de dessiner des graphiques.

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, — cscm @ 21:51

April 30, 2009

Configuration de l’USB-UIRT (Universal Infrared Receiver Transmitter) sous Debian GNU/Linux

L’USB-UIRT est un petit module qui se branche sur le port USB et qui permet d’envoyer et recevoir des ondes infrarouges.
Je l’utilise pour controler les différents éléments de mon installation home-cinéma (Amplificateur Audio/Vidéo, Freebox, Lecteur de DVD, etc…) à partir de ma machine Multimédia fonctionnant sous Debian GNU/Linux “Lenny”.
J’ai acheté mon module chez Domadoo en France : USB-UIRT (Universal Infrared Receiver/Transmitter).
L’objet de ce billet est l’installation du module sous Debian GNU/Linux.

Installation du matériel

Lorsque vous branchez le module sur le port USB, vous devez le voir via la commande lsusb :

$ lsusb
Bus 001 Device 025: ID 0403:f850 Future Technology Devices International, Ltd

Il faut ensuite charger le module ftdi_sio, le mettre dans le fichier /etc/modules, lors du chargement du module vous devez avoir les informations suivantes dans le fichier /var/log/messages :

[ 23.114110] ftdi_sio 4-1.1.1.1.1:1.0: FTDI USB Serial Device converter detected
[ 23.114110] ftdi_sio: Detected FT232RL
[ 23.114110] usb 4-1.1.1.1.1: FTDI USB Serial Device converter now attached to ttyUSB2

Installation du logiciel

Il suffit d’installer lirc via apt :

# apt-get install lirc

Le module ne nécessite pas de drivers spécifiques dans le noyau.
Il suffit de lancer lircd :

lircd -n -H usb_uirt_raw -d /dev/ttyUSB2
lircd-0.8.3[10254]: config file contains no valid remote control definition
lircd-0.8.3[10254]: lircd(userspace) ready

Puis irw dans une autre console pour lire les signaux IR :

lircd-0.8.3[10254]: uirt2_raw: checksum error
lircd-0.8.3[10254]: uirt2_raw: UIRT version 0905 ok

Et la, c’est le drame :)
Mais pas de panique, le message d’erreur checksum error, n’est pas important!
Il y a bien un bug dans le noyau depuis la version 2.6.20 : USB UIRT: uirt2_raw: checksum error.
Mais cela fonctionne avec le 2.6.26 disponible dans lenny, par contre si vous avez le message d’erreur suivant : uirt2_raw: could not set DTR, alors il faut upgrade votre version du noyau ou modifier le code source du module.

Configuration des télécommandes

De très nombreuses configurations de télécommandes sont disponibles sur le serveur du projet LIRC : ici.

Il suffit de télécharger le fichier de configuration de votre télécommande et de le mettre dans le fichier lircd.conf :

# cd /etc/lirc/
# wget http://lirc.sourceforge.net/remotes/logitech/Z-5500D
# cat Z-5500D >> lircd.conf

Nous allons ensuite configurer le fichier /etc/lirc/hardware.conf du deamon lirc pour le lancer:

# /etc/lirc/hardware.conf
#
# Arguments which will be used when launching lircd
LIRCD_ARGS=""

#Don't start lircmd even if there seems to be a good config file
#START_LIRCMD=false

#Don't start irexec, even if a good config file seems to exist.
#START_IREXEC=false

#Try to load appropriate kernel modules
LOAD_MODULES=false

# Run "lircd --driver=help" for a list of supported drivers.
DRIVER="usb_uirt_raw"
# If DEVICE is set to /dev/lirc and udev is in use /dev/lirc0 will be
# automatically used instead
DEVICE="/dev/ttyUSB2"
MODULES=""

# Default configuration files for your hardware if any
LIRCD_CONF=""
LIRCMD_CONF=""

Nous pouvons alors lancer lircd :

# /etc/init.d/lirc start
Starting lirc daemon: lircd.

Recevoir les ordres infrarouges

Pour recevoir les ordres, il faut utiliser la commande irw :

$ irw
0000000010ef58a7 00 vol+ logitech_z5500
0000000010ef58a7 01 vol+ logitech_z5500
0000000010ef708f 00 vol- logitech_z5500
0000000010ef708f 00 vol- logitech_z5500
0000000010ef58a7 00 vol+ logitech_z5500
0000000010ef58a7 01 vol+ logitech_z5500
0000000010efd02f 00 optical logitech_z5500
0000000010efd02f 01 optical logitech_z5500

Envoyer des ordres infrarouges

Pour envoyer des ordres, il faut utiliser la commande irsend :

$ irsend SEND_ONCE logitech_z5500 power

Conclusion

Pour toutes les autres fonctionnalités et la configuration de vos applications (mplayer, freevo, etc…) , je vous conseille de lire la documentation du projet LIRC.
Il existe d’autres modules que l’USB-UIRT, comme par exemple USB IR Transceiver de IguanaWorks.

Filed under: Debian,Home automation — Tags:, , — cscm @ 18:00
« Previous PageNext Page »

Powered by WordPress